La chiropratique et notre système de santé au Québec

Dernière mise à jour : 8 avr.


Notre système de santé québécois est souvent surchargé et le temps d’attente à l’urgence peut parfois sembler interminable. La chiropratique est un important partenaire dans notre système de santé au Québec pour un triage et traitement effectif des conditions neuro-musculo squelettiques (NMS).


De par leurs capacités diagnostiques, la chiropratique et la physiothérapie sont deux piliers centraux des conditions neuro-musculo squelettiques (NMS). Nous faisons donc partie de la bannière des traitements conservateurs au Québec. Qu’est-ce que des  traitements conservateurs?


Au Québec, il faut voir notre santé neuro-musculo squelettiques (NMS) comme une pyramide dans laquelle nous progressons tranquillement quand les services offerts n'offrent aucune solution qui respecte vos valeurs et vos objectifs.

Clinique chiropratique à Sainte-Julie pour les douleurs neuro-musculo-squelettiques
La chiropratique et notre système de santé au Québec

Le premier étage de la pyramide comprend les éléments qui peuvent être modifiés et améliorés en tout temps par nos patients pour réduire l'impact de la douleur sur la santé vertébrale et articulaire. Dans ce premier palier, nous retrouvons l'activité physique (Ex: des marches de 20 minutes à tous les jours), la nutrition équilibrée et l'entrainement libre avec charges.


Le deuxième étage de la pyramide comprend les traitements conservateurs pour les patients qui n'ont pas été capables de minimiser les signes et symptômes associés aux douleurs neuro-musculo squelettiques (NMS) avec les modifications des habitudes de vie. De par nos capacités diagnostiques, la chiropratique et la physiothérapie sont deux piliers centraux de ces conditions et de leurs traitements. Conjointement, la kinésiologie (avec leur baccalauréat universitaire sur la science du mouvement), la massothérapie (avec leurs connaissances musculaires sur le travail de tissus mous) et l'acupuncture complètent les options disponibles au Québec.




Pourquoi n'avons nous pas inclus l'ostéopathie avec la bannière des traitements conservateurs au Québec? Contrairement aux États-Unis, les ostéopathes du Québec n'ont aucune éducation officielle reconnue et réglementée à l'échelle gouvernementale. Il n'existe aucun doctorat et aucun baccalauréat en ostéopathie. Les diplômes obtenus ne représentent que l'institution privée qui les offrent. Aucune agence gouvernementale et aucun ordre professionnel ne sont présents pour maintenir des standards d'éducation, de pratique et déontologie. Par conséquent, il ne font pas partie officiellement de notre système de santé.


Il est important de reconnaître l'effort de certains de leurs membres pour s'intégrer à un autre ordre professionnel (Chiropratique ou Physiothérapie) depuis plusieurs années et pour améliorer la structure de l'enseignement et de la pratique ostéopathie au Québec. Si vous connaissez un ostéopathe et qu'il vous a toujours bien servi, nous vous encourageons à continuer vos visites mais aussi de consulter d'autres professionnels plus qualifiés si vous n'obtenez plus de résultats cliniques ou si votre situation de santé se modifie.



Le troisième palier comprend la prise de médication spécifique par son médecin de famille pour mieux contrôler et minimiser le niveau de douleur. Ce palier peut généralement être conjoint aux traitements conservateurs.



Si les paliers précédents n'ont offert aucune modification positive de la perception de vos douleurs neuro-musculo squelettiques (NMS), le moment est venu de discuter avec votre professionnel de la santé des injections de cortisone. Le chiropraticien ou le physiothérapeute sera capable de vous diriger et de transférer leurs dossiers cliniques à votre médecin de famille pour un meilleur suivi et vous offrir de meilleurs résultats cliniques avec les différents types d'injections disponibles.



Le dernier palier comprend la chirurgie. Ce palier est généralement réservé aux patients qui n'ont reçu aucune amélioration significative avec les paliers précédents. Comme les chirurgies viennent avec des risques qui peuvent parfois être plus importants que notre situation actuelle, il est important d'avoir une discussion éclairée avec notre médecin traitant pour s'assurer que notre niveau d'incapacité auto-déclaré est supérieur aux risques post-chirurgicaux. Il pourra évaluer les bénéfices, les risques et les traitements alternatifs pour s'assurer que vous ayez une vision globale de ce qui vous est proposé et ainsi faire une décision éclairée sur un traitement qui respectera vos valeurs et objectifs de vie.




186 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout